petite bannière murale – pas à pas

Je me suis dit, que ça serait peut être utile de vous montrer comment j’ai procédé pour réaliser la petite bannière murale, montrée hier.  Lorsqu’on termine un petit projet en point de croix, on ne sait pas toujours quoi en faire.  Je trouve qu’une bannière est une finition bien sympa, et souvent plus joli qu’un simple cadre.

Je ne vous donnerai pas de mesures précises, car tout dépend de la taille de la broderie à finir, et les dimensions que vous souhaitez pour votre bannière.  Je pars aussi du principe que vous avez quelques notions de base de couture.  Il vous faudra: du tissu assorti à votre broderie, du molleton, des outils de découpe, une MAC, du fil à coudre, une baguette en bois, et votre fer à repasser.

Je commence toujours par laver ma broderie à la main, et la repasser.  Ensuite je place ma toile sur les tissus possibles.  Au début je comptais utiliser celui en bas à gauche.

IMGP4149 

IMGP4150

Mais il y a eu changement de programme.  Une fois le tissu chois . . . il faut couper sa toile, pour que le motif soit bien centré. Je laisse environ 2.5cm de bordure autour.  

IMGP4153

Ensuite, on coupe deux bandes de tissu (les miennes environ 7.5cm de large car mon panneau centrale mesure 15cm carré). En plaçant une bande (endroit contre endroit) sur la broderie, et en alignant le bord, on coud.   Ensuite on ajoute la deuxième bande sur l’autre côté.  J’utilise mon pied de biche 1/4” (c’est à dire une couture d’environ 7mm). 

IMGP4155

On donne un coup de fer à repasser pour ouvrir les bandes sur les deux côtés.  Ensuite on ajoute les bandes en haut et en bas. On peut faire de la même largeur, ou pas. On coud, et on repasse.

IMGP4160

Ce qui donne déjà un joli effet.  Ici, juste posé sur les tissus, et prêt à choisir les tissus pour la suite.  J’ai pris le turquoise clair pour le dos.  Je coupe un morceau les mêmes dimensions que le panneau de devant, ainsi qu’un morceau de molleton. 

On fait un “sandwich”: le panneau de devant, le molleton au milieu et ensuite le tissu du dos.  Avec mon pied entraineur (walking foot) je coud à 7mm vers l’intérieur, sur la toile de la broderie.  

IMGP4161

La toile pour broderie est souvent plus rigide que les tissus pour patch, alors faire une couture pour maintenir la toile à plat rend la suite plus facile.  Cela l’empêche de bouger pendant l’étape suivante.  Etape suivante, étant le quilting.  Ce n’est pas une obligation si vous faites une petite bannière, mais ça rend quand même un peu plus joli (à mon avis).  

IMGP4163

Toujours avec le pied de biche entraineur (walking foot) – on quilte donc.  J’ai fait quelques courbes simples.  Ensuite on égalise les bords de son travail, pour avoir la forme qu’on veut.  Carré, rectangle . . . cette fois-ci, j’ai décidé de faire le bas en pointe. 

IMGP4166

IMGP4168

Et presque rien ne se perd!  J’ai coupé un des triangles en deux.   Il va me servir.  Ensuite je prépare mon biais.  On peut utiliser du biais acheté. Je préfère faire le mien.  Pour cette petite bannière, j’ai coupé une bande environ 5.2cm de large (la longueur dépendra de la taille de la bannière) . . . et j’ai plié en deux, en fixant le pli avec mon fer à repasser, pour avoir une longueur de biais simple environ 2.6cm de large.  J’ai cousu du biais sur le diagonale de chaque triangle.  Et j’ai épinglé ces deux triangles en place au dos.

IMGP4169

Ensuite, j’ai cousu le biais tout autour, sur le devant.  On place les bords du biais (qui est toujours plié en deux) sur les bords de la future bannière, (une couture de 7mm, je suis revenue à mon pied de biche quilteuse) en faisant attention de bien tourner et plier à chaque angle.

IMGP4170

IMGP4172

IMGP4173

Voici les devant et le dos après la première couture du biais, à la machine.  Ensuite, on rabat vers le dos, et on fini la couture à la main. 

IMGP4176

L’avantage de ces petites “poches” au dos . . . on peut y glisser une baguette en bois et on peut ajouter un boucle en ruban sur la baguette pour l’accrocher au mur.  La baguette empêche le haut de la bannière de “bailler”.  

IMGP4190

Et, si on le souhaite, on peut ajouter un embellissement sur le devant.

IMGP4189

Voilà! 

Publicités

pas à pas – une pochette pour mouchoirs

J’avais dit que je vous montrerais comment coudre une petite pochette, comme celles que j’ai fait dernièrement.

IMGP4101

J’ai fait avec une couture de 7mm à la machine.  Si vous avez besoin de plus de 7mm de couture, il faut modifier les dimensions un petit peu.  Voici ce qu’il vous faut.

IMGP4073

Deux rectangles pour la doublure: 18cm x 9cm;  deux rectangles de tissu à motif 18 x 9cm; un rectangle plus petit 6cm x 9cm; un mousqueton et une paire de boutons de pression.

IMGP4074

On commence par placer les 4 rectangles, l’un sur l’autre sur la table.  D’abord un imprimé, les 2 doublures et le dernier imprimé (face contre la table).

IMGP4075

Avec un patron en papier (voir image toute à la fin) on coupe à l’angle les 4 épaisseurs.

IMGP4076

Ensuite, on vérifie qu’on a bien les deux imprimés endroit contre doublure.

IMGP4077

Et on coud avec une couture de 7mm, premier angle, petite droite et deuxième angle.

IMGP4079

On retourne, et on donne un coup de fer à repasser sur ces coutures, qui font l’ouverture de la pochette.  Pendant que le fer est chaud, on prépare aussi le petit rectangle pour faire la lanière.  Voir le dessin en bas: les traits montrent les plis qu’on fait avec le fer.  On plie en deux, et on replie les bords vers le centre.   Ensuite on coud chaque côté de cette lanière.

IMGP4080

Pour l’assemblage . . . on pose les deux moitiés l’une sur l’autre, endroit contre endroit, donc on voit la doublure des deux côtés. On va placer la lanière sur le boucle du mousqueton, plier en deux et placer comme ceci.   Donc pris en sandwich entre les épaisseurs.

IMGP4082

IMGP4083

Ensuite on coud les 3 côtés de la pochette, avec une couture de 7mm, en renforçant les points les deux côtés de l’ouverture et au niveau de la lanière. (J’ai oublié de prendre une photo de cette étape).

IMGP4084

On coupe le surplus de la lanière qui dépasse. Et on retourne la pochette. Je donne à nouveau un petit coup de fer à repasser à ce stade, avant de poser les boutons de pression.

IMGP4085

On aligne les ouvertures, et avec la pointe du découse-fil on fait un tout petit trou – juste de quoi marquer le tissu.

IMGP4086

On pose les boutons de pression (comme on mettrait des boucles d’oreille) et on serre avec la pince pour bien les fixer.

IMGP4087

Et voilà.  Avec les dimensions indiquées, et une couture de 7mm, on obtient une pochette qui va bien pour un paquet standard de 10 mouchoirs.

Cette dernière photo (pas à l’échelle) pour vous rappeler les dimensions.  Les traits en pointillés pour montrer les plis à faire au fer à repasser pour la lanière.

IMGP4103

petit monstre – en photos

En février, je vous ai montré une petite pochette “monstre” que j’ai fait, d’après les explications trouvées dans ce magazine.

magazine

green monster

C’était très amusant et facile à faire . . . tellement, que j’en ai fait trois autres . . . et dernièrement, j’en ai refait une fournée.  Je me suis dit que ça serait sympa de vous montrer comment faire, en photos, A la machine, c’est plus facile, mais vous pourriez même faire à la main si vous n’avez pas de MAC.  Je ne vous donnerai pas les dimensions.  Vous pouvez faire, grand ou petit . . . tout dépend de la longueur de votre fermeture éclair.

D’abord, ce qu’il vous faut:  une fermeture éclair, un coupon de feutrine, un petit bout de feutrine blanche (on coupe deux cercles), deux boutons et un bout de ruban (facultatif).

zippy 01

J’ai commencé avec un coupon taille A4.  J’ai coupé en deux, et ensuite j’ai recoupé une moitié en deux.  Ensuite, que des photos, car je ne veux pas allez à l’encontre des droits d’auteur.

zippy 02

zippy 03

N’oubliez pas d’ouvrir la fermeture éclair avant de coudre la pochette ensemble, pour pouvoir la retourner.

zippy 04

Et voilà!  Ensuite, on s’amuse un peu avec l’expression. Selon l’emplacement des boutons, on peut changer l’expression du monstre . . . comme ceci.

zippy 05

Comme ceci

zippy 07

ou encore comme ceci.

zippy 09

C’est un projet couture rapide et facile à réaliser.  Idéale pour faire une petite pochette à offrir.

un “tapis” pour piano

Ma nièce de 14 ans a reçu un piano électronique pour Noël de ses parents et elle avait demandé si Tante Claire pouvait lui faire un “tapis” pour protéger le clavier de la poussière.  Tante Claire a dit “Sans problème!  Quelles couleurs?” La réponse “Vert”.

J’ai bien mesuré “la bête” . . . dimensions du clavier 14cm x 129cm.  Hmmmm!!  j’ai dû réfléchir un bon moment pour trouver un motif qui pourrait être bien sur un patch aussi longue et fin.  Pour la couleur . . . j’ai commandé des tissus dans la collection “Dot Dot Dash” de Moda.  Ensuite, j’ai fait un petit croquis et j’ai décidé de faire quelque chose de symétrique.

lean green 01

Les photos suivantes pour montrer comment j’ai procédé.

Je voulais que mes bandes mesurent 1.5 pouces de large (environ 3cm) alors j’ai coupé 3 bandes de tissu blanc, 2 pouces de large, que j’ai cousues sur mes tissus verts (25cm de profondeur)

lean green 02

Ensuite, j’ai recoupé des bandes de 2 pouces.

lean green 03

Et j’ai coupé ces bandes en deux (avec 12cm de longue pour la partie verte)

lean green 04

J’aurais pu couper à 45° mais j’ai préféré coupé à 90° et garder les angles droits jusqu’à la fin.

lean green 05

Après, il fallait que je suive mon petit schéma, en commençant la couture avec les bandes de droite.  Mais avant tout, j’ai commencé avec un carré blanc de 12.5cm (qui deviendrait le centre du patch).

lean green 06

J’ai assemblé, assemblé (en faisant attention de bien repasser mes coutures dans le bon sens à chaque bande ajoutée) . . . d’abord une moitié, et ensuite l’autre moitié pour obtenir la longueur approximative désirée.  J’ai assemblé les deux moitiés, en coupant dans le grand carré blanc,  et j’ai ajouté des triangles blancs à chaque extrémité.

lean green 07

Ensuite il fallait quilter

lean green 09

Et après, bien mesurer avant de couper aux dimensions voulues.

lean green 10

Et la dernière étape . . . la pose du biais.

lean green 13

lean green 12

lean green 14

Le dos est très coloré, mais je préfère le devant.

lean green 15

Je suis ravie du résultat.  Je trouve que ce vert vif et le blanc vont bien avec le noir du piano électronique.  Cela fait moderne, et gaie.  Et j’ai eu droit à un gros bisous, car ma nièce le trouve trop beau  ^^

un patch à faire peur

Aujourd’hui, dans certains pays, on fête Hallowe’en . . . et j’ai décidé donc de commencer un nouveau projet en conséquence.  J’avais acheté quelques coupons de 10” (environ 25cm x 25cm) il y a quelques temps. La collection Timeless Treasures Glow in the Dark (qui brille dans le noir) dans la boutique en ligne Pelenna Patchworks. Des imprimés parfaits pour se faire peur!

spooky 01

Dans cette première photo vous ne voyez que quatre motifs, mais il y en a six en tout.

J’ai décidé de prendre des photos des étapes (au cas où ça vous intéresse de voir comment faire des triangles rapides en patch).  Je suis loin d’être experte en la matière, mais c’est une méthode qui fonctionne bien.

D’abord j’ai découpé mes tissus pour obtenir des carrés de 5” (environ 12.5cm).  Pour le tissu blanc, j’ai triché, et j’ai acheté des “charm packs” tout prêts.

J’ai tracé une ligne à 45° sur chaque carré blanc.

spooky 02

Ensuite on prend un carré de blanc et un carré d’imprimé (endroit contre endroit) et on coud à gauche du trait tracé (avec le pied de biche spéciale patch, qui assure une couture de 1/4”).

spooky 03

J’ai fait cette étape (et toutes les autres d’ailleurs) “à la chaine”. C’est à dire on continue à placer les carré sous le pied, et on coud l’un après l’autre, à la chaine, pour terminer avec une sorte de guirlande.

spooky 04

Une fois les premières coutures faites il suffit de couper les points pour détacher les carrés et on recommence . . . cette fois-ci, de l’autre côté du trait.

spooky 05

Ensuite on coupe sur le trait pour obtenir des triangles

spooky 06

spooky 07

On ouvre les deux triangles, pour obtenir un nouveau carré, et on passe un coup de fer, en repassant la couture vers le tissu le plus foncé.

spooky 08

Ici vous pouvez voir les six motifs – tous très Hallowe’en!  Pourtant, j’ai décidé que l’imprimé fantôme n’allait pas bien pour le projet que j’ai en tête – donc je garde les fantômes de côté pour autre chose.

J’avais devant moi 16 nouveaux carrés dans chaque imprimé et mon idée était de faire des pinwheels.  L’avantage quand on repasse la couture vers le tissu sombre est que toutes les coutures vont dans le bon sens pour un assemblage facile.

spooky 09

C’est la troisième fois que je m’essaie à des “pinwheels” et c’était un vrai plaisir, ma séance de couture.  Par contre, c’est la première fois que je travaille avec aussi peu de couleurs.  Du noir, du blanc et un tout petit peu de rouge, avec des araignées ^^

IMGP0253

J’avoue que j’aime bien cet imprimé aussi – des crânesIMGP0250

La prochaine étape sera d’ajouter les bandes pour assembler mes blocks, mais ça ne sera pas pour toute de suite.  J’ai d’autres projets en cours qui m’attendent!

et que les décorations commencent

J’ai des ampoules sur mes ampoules à cause de mes ciseaux à cranter, mais c’est pour la bonne cause. Le titre explique pourquoi . . . et oui, j’ai commencé la fabrication de mes décorations de Noël 2015. En 2014 je n’en ai pas fait, à cause du déménagement, mais cette année, je reprend mes vieilles habitudes.

Je me suis dit que vous aimeriez peut-être voir comment je procède, alors j’ai pris des photos en chemin. Pour les personnes qui ne le savent pas . . . je n’envoie pas de cartes de vœux. Je préfère envoyer des petites décorations de sapin aux personnes inscrites dans mon carnet d’adresse.  Et comme j’ai beaucoup de noms dans mon carnet, ce qui est important pour moi c’est de fabriquer quelque chose facilement (et rapidement)  et surtout quelque chose de légère.  Je n’ajoute pas d’embellissements car j’ai toujours peur que ça coince dans les machines automatiques au centre de tri.

La méthode suivante est celle que j’utilise depuis plusieurs années.  La seule chose qui change, c’est le choix des tissus, car le tissu, c’est comme la mode, ça change d’année en année.

Ici, par exemple, c’est un “vieux” coupon.  J’aime beaucoup utiliser ces “vignettes” imprimées.

tuto noel a

Je repasse le coupon et ensuite je repasse sur de la viseline thermocollant. Ensuite, je découpe.

tuto noel c

Après (et c’est là que je chope des ampoules au pouce), je coupe les contours de chaque vignette avec mes ciseaux à cranter.

tuto noel d

Si vous ne trouvez pas de tissu à vignettes, vous pouvez aussi bien utiliser un tissu imprimé Noël, et dessiner votre gabarit (ici un cœur).

tuto noel e

Avec le thermocollant au dos, c’est facile de dessiner et de voir les traits.

Ensuite, on découpe.

IMGP0074

Vous aurez besoin de feutrine.  Puisque c’est Noël, je reste dans le rouge, vert et “or” mais vous pouvez assortir à vos tissus.  Et vous aurez également besoin de rubans/galons.

tuto noel g

Je pré-découpe une variété.  Bien que la partie suivante est “à la chaine” , le fait de varier les rubans, fait que chaque pendouille est unique.

Pour l’assemblage:  on coud le tissu imprimé sur un morceau de feutrine, en glissant un bout de ruban (plié en deux) entre les deux épaisseurs. J’aime assortir mon fil de couture avec la couleur de la feutrine, ce qui veut dire qu’il n’est pas forcement assorti au tissu sur le devant.

tuto noel h

On n’a pas besoin d’avoir un morceau de feutrine si grand, puisqu’on va ensuite découper tout autour.  Et voilà

tuto noel i

La même chose avec le cœur

tuto noel j

tuto noel k

Vous pouvez utiliser un point appliqué.  Moi, j’ai fait avec un point droit.

Donc voilà!  Je ne vous donne de mesures ni de dimensions, puisque cela va dépendre de votre tissu et du gabarit que vous choisissez. Les fournitures nécessaires sont: du tissu motif Noël, de la viseline thermocollant, de la feutrine, du ruban, du fil et une paire de ciseaux (à cranter).

J’en ai fait environ 50 hier ^^  Et cela avec du fil vert et de la feutrine verte.  Demain, je vais m’y mettre aux rouges.

Juste pour le fun . . . voici une partie de la fournée en 2013

cat decosb

en 2012

3rd batch adecos batch2

en 2011

petits coussins pour sapin

Ce matin, j’ai sorti ma MAC pour une séance couture, et j’avais mon APN à côté de moi pour prendre des photos de chaque étape . . . Je ne suis pas une experte, loin de là, mais si j’y arrive, c’est à la portée de tout le monde.

Alors voici comment j’ai fait. . .

J’avais un joli tissu imprimé, avec des carrés alors j’ai découpé mes carrés et quelques longeurs de ruban.

Ensuite, j’ai plié le ruban en deux et je l’ai épinglé au centre d’un carré, avec les bouts du ruban alignés avec le bord du carré.

Pour bien assembler mes deux carrés j’ai utilisé une astuce apprise au club de patchwork. J’ai piqué une épingle dans chaque coin d’un carré et ensuite j’ai piqué les coins dans l’autre carré (côté imprimé à l’intérieur bien sûr). Si les coins sont bien en face, alors les bords le seront aussi. Ensuite j’ai déplacé l’épingle qui tenait le ruban pour que toutes mes épingles se trouvent à l’extérieur.

J’ai fait la couture à la machine mais ça peut se faire à la main également. Il faut juste penser à ne coudre que TROIS côtés.

Ensuite, il sufft de retourner, rembourrer (pas trop) et plier le tissu vers l’intérieur avant d’épingler la dernière couture vers l’intérieure.

Pour cette dernière ‘ligne droite », j’ai fait à la main, avec un fil assorti à mon tissu

et voilà . . . des jolies décorations pour le sapin.