roulement de tambour svp

Je demande un roulement de tambour aujourd’hui . . . parce que je viens de terminer un projet commencé en septembre 2015

Le projet a commencé avec un kit de point de croix (Vervaco).  Dans le kit, il y avait les fiches pour les douze signes du zodiaque, mais seulement un petit coupon d’aida 5,5 et assez de fils pour broder un seul signe.  Je le  savais, avant de l’acheter, et j’avais prévu de broder sur une toile 9 pts/cm et de choisir mes propres tons de bruns et bleus (proches mais pas les références exactes).

J’ai mis environ 10 mois à broder les 12 motifs (broderies terminées en juin 2016) mais ensuite, j’ai mis ces jolis carrés dans mon fameux tiroir . . . et les années ont passé.

Jusqu’à il y a quelques mois quand j’ai enfin commencé l’assemblage au patchwork. Et aujourd’hui, je viens vous montrer le patchwork terminé.  Pas très grand:  130cm x 173cm.    Assez parlé . . . place aux photos.

 

zodiaque – enfin l’assemblage!

C’était en avril, la dernière fois que j’ai travaillé sur mon patchwork avec les signes du zodiaque. Depuis, les blocks attendaient que je prenne une décision quant à quel tissu pour mes bandes d’assemblage.  J’utilise un méthode « QAYG » = « quilt as you go » =  » quilter au fur et à mesure ». C’est à dire, on fait le matelassage sur chaque block, et après on assemble avec des bandes.

Bref . . . j’ai enfin coupé mes bandes, et je reste très simple avec ce patchwork, pour mieux mettre en valeur les signes du zodiaque, brodés sur une aida 9pts/cm.

D’abord j’ai coupé des bandes pour assembler mes blocks deux par deux.

Ensuite, j’ai assemblé mes paires en panneau de 6.

Et dans les prochains jours, il ne me reste plus qu’à assembler mes deux panneaux de 6 pour faire l’ensemble de 12 blocks. Et puis, couper mes bandes pour faire le biais.  Alors, je vous dis à très bientôt pour un la suite et fin!

 

ScrapHappy # juin (zéro dépense)

Aujourd’hui, je me joins à

Kate Gun, EvaSue, Lynn, Lynda,
Birthe, Turid, Susan, Cathy,  Tracy, Jill,
Claire, JanMoira, SandraChrisAlys,
KerryClaireJeanJon, HayleyDawn,
Gwen, Bekki, Sue L, Sunny, Kjerstin,
Vera, NanetteAnn, Dawn 2, Noreen,
Bear, Carol, Preeti and Edith

pour parler de nos projets « zéro dépense », avec nos chutes.  Je continue dans la lancée, avec mes petits carré de tissus.  C’est pratique de couper des carrés dans les chutes, et de les ranger tout ensemble . . . un mélange de motifs et couleurs donne des résultats très gais.

Maintenant j’ai six futurs sets de table. Chacun fait 9 x 6 carrés, et va mesurer environ 46cm x 30cm une fois fini.  Prochaine étape: faire les « sandwiches » avec molleton et tissu pour le dos, quilting et ajout du biais!

SAL « together we are magic » (ensemble nous sommes magiques) #3

Ci-dessus la photo que je vous ai montré il y a trois semaines de ma broderie « Together we are magic », un kit de Letitstitch, art original de Jody Bergsma.  Quand j’ai commencé ce projet, j’espérais pouvoir remplir des segments de 40 x 40 points pour chaque étape, mais je prend déjà du retard.

Voici l’avancée pour cette fois.

Et voici la liste des autres membres du SAL.

AvisClaireGunCaroleConstanzeChristinaKathyMargaretCindyHeidiJackieSunnyMeganDeborahReneeCarmelaSharonDaisyAnneAJLauraCathieLindaHelen

Chaque membre brode sur un projet de son choix, et on se donne rdv toutes les trois semaines pour nous motiver.

 

encore de la couture pratique

Il y a six ans, lorsqu’on a aidé à vider l’appart de belle-maman, il y avait beaucoup de draps, encore sous cellophane.  Nous n’utilisons pas de drap/couverture sur le lit, le mari et moi, on préfère les couettes . . . mais j’ai quand même rangé les draps dans le placard.

Six an plus tard, donc . . . j’ai fait un peu de couture pratique, à coudre une housse pour couette (200cm x 200cm) et des taies d’oreiller assorties.

Et je ne me suis pas arrêtée là!  Avec un autre drap (tons beiges) qui avait quelques traces d’usures, j’en ai fait 4 taies (que deux dans la photo car les deux autres servent déjà).  Et encore 4 taies, dans un joli tissu vert (anciennement des nappes!).

Cela fait 12 taies d’oreiller et une housse de couette.  De la couture facile, mais pratique.  Bien sûr, il me reste encore du tissu de ces nappes et draps . . . une partie ira dans ma boite de chutes, mais j’ai déjà une idée pour l’autre partie!

pas une fois, mais deux!

La semaine dernière il y a eu beaucoup d’excitation dans le verger.

Les abeilles du mari ont essaimé, pas une fois, mais deux!  (photo ci-dessus de la deuxième fois).  La première fois, très tôt le matin, j’étais encore au lit, alors le mari a appelé son ami apiculteur au secours.  Mon mari avait déjà prévu la possibilité d’un essaimage, et s’était équipé, en avril,  d’une ruchette qu’il a peint en rouge.  Alors, pour le premier essaim, l’ami a grimpé sur l’échelle, a secoué la branche et l’essaim est tombé dans la ruchette ouverte.

Plus ou moins!  Quelques abeilles sont tombées à côté, mais comme la reine était belle et bien dans la ruchette, au bout de quelques heures, les abeilles ont fini par rentrer dans leur nouvelle maison.

Le mari était donc tout content . . . parce que ça lui fait deux colonies au lieu d’une!

Mais . . . le lendemain matin, encore un essaimage

(même photo mais vue de plus près).  Nouvel appel à l’ami apiculteur, qui est venu avec une autre ruchette.  Et deuxième essaim (au complet, avec une reine) bien rangé dans la deuxième ruchette.

Pendant ce temps . . . dans la ruche d’origine

il y avait encore plus d’agitation que d’habitude, et nos deux apiculteurs amateurs craignaient un troisième essaimage  . . . mais depuis, ça a l’air de se calmer.  Ils ont bien vu une reine dans cette ruche aussi.  Alors avec un peu de chance, cela veut dire que le mari peut passer à deux colonies cette année (va falloir acheter une nouvelle ruche) et son ami pourra adopter le deuxième essaim.

« Life » une finition, enfin!

Si cette photo vous dit vaguement quelque chose

cela veut dire que vous suivez mon blog depuis de nombreuses années, car j’ai brodé ce modèle entre février et juillet 2015.

C’était un kit de Design Works, d’après l’art de Jo Moulton.  Je l’ai acheté et brodé car j’adorais (et j’aime toujours autant) les couleurs et le sentiment:  « Life is not measured by the number of breaths we take but by the moments that take our breath away ».   Difficile à traduire en français puisque le mot « breath » = « respiration » mais aussi « souffle ». Grosso modo:  « La vie ne se mesure pas au nombre de respirations que nous prenons mais aux moments qui nous coupent le souffle ».

Bref, après presque 6 ans dans le tiroir . . . après ma séance de couture récente, à faire des housses de coussin pour chaises de cuisine, et après l’achat des housses pour les canapés . . . je me suis dit que cette broderie ferait un joli coussin dans le salon.  Alors, j’ai refait un dos de coussin comme ceci.

J’ai cousu des bandes sur le devant pour agrandir à la taille de mon coussin, et j’ai quilté le devant très légèrement.

Et voilà le travail.  Trop contente parce que cette broderie va à merveille avec les « nouveaux » canapés.

la meilleure pondeuse du mois # mai

Les journées s’allongent.  Les températures grimpent.  Le kiwi est en fleur . . . et ça sera bientôt le moment de faire la transhumance avec les poules, vers le verger.  En attendant, elles sont toujours dans l’enclos dans le potager, et elles vont bien.

Pour ce mois, de 31 jours, j’ai ramassé 76 œufs.  Ruby – 24, Florence – 25 et c’est Mauricette, la meilleure pondeuse du mois avec 27 œufs!

couture pratique

Ces dernières semaines j’ai fait surtout de la couture pratique. C’est à dire des réparations, et des choses qui avaient besoin d’être faites .  J’ai réparé deux pantalons appartenant au mari (trous et déchirures).  J’ai fait l’ourlet sur un jean, acheté l’année dernière et beaucoup trop longue pour moi malgré mon 1,74m.  Et . . . j’ai regardé de plus près les coussins sur les chaises de cuisine.

En juin 2018 j’ai dû refaire ces coussins, car Ducky avait mangé les liens qui tenaient les coussins en place.  Alors, j’avais refait des housses de coussin avec quatre liens au lieu de deux.

En attachant sous la partie assise j’espérais que Ducky ne les mangerait pas. Malheureusement, si.   Cela lui a pris plus de temps, puisqu’ils étaient quatre sur chaque chaise, mais bref . . . il fallait trouver une autre solution que voici!

Faits avec un tissu acheté au départ pour faire des housses pour nos canapés (et finalement projet qui n’a pas abouti) . . . un projet couture qui m’a quand même pris du temps car j’ai cousu 10 housses (pour en avoir de rechange).  En photo, comment je m’y suis prise.

Un carré simple pour le dessus, et un carré en deux morceaux (avec fermeture par velcro) pour le dessous.  Ensuite beaucoup de triangles, qu’il a fallu surjeter, avant de retourner.

Une fois assemblé, cela donne

Ensuite, du velcro sur la pointe de chaque triangle et cela donne

Et une fois sur la chaise, cela donne ça sur le dessous

Le coussin tient bien en place, et il n’y a rien qui dépasse et qui pourrait tenter Ducky!

Et, en passant, j’ai quand même recouvert les canapés, mais j’ai triché, et j’ai acheté des housses toutes faites (sur @m@zon).  Nos canapés sont couleur gris ardoise

Ici, Ducky, le mâchouilleur, pour vous montrer la couleur gris sombre.  Ce que vous ne voyez pas sont les dégâts causés par les griffes de notre matou, Le Bleu.  Canapé complètement détruit et à faire honte!!!  Plus maintenant, grâce aux courses en ligne.

Alors le chat qui osera faire ses griffes dessus . . . je vais courir après!

« code 93 », « territoires », « surtensions » – Olivier Norek

J’ai découvert, tout récemment les polars d’Olivier Norek.  Et je les ai dévorés.

Si vous ne connaissez pas, et que vous aimez les polars, d’un réalisme effarant, je ne peux que les recommander.  Olivier Norek a travaillé dans l’humanitaire et aussi pendant 19 ans comme capitaine de police dans le 93.  Il faut parfois avoir le cœur bien accroché, mais après la lecture du premier de ce trilogie, je me suis empressée d’acheter et de lire la suite.

« CODE 93 »  – Olivier Norek – éditions Michel Lafon, 2013

(4° de couverture)

« Un cadavre, émasculé, qui rouvre les yeux sur la table d’autopsie.  Un portable qui se met à sonner dans le corps d’un jeune toxico, mort de brûlures inexplicables.  Malgré quinze ans de terrain en Seine-Saint-Denis, Victor Coste, capitaine de police, se prépare au pire.  Et que penser de ces lettres anonymes qui dessinent une première piste: celle d’un mystérieux dossier, le CODE 93?  Une piste qui, des cercles huppées parisiens aux quartiers déshérités, fera franchir à Coste les limites du périphérique, et de la raison . . .  »

« TERRITOIRES » – Olivier Norek – éditions Michel Lafon 2015

(4° de couverture)

A Malceny, dans le 93, on est habitué aux règlements de comptes.  Mais un nouveau prédateur est arrivé en ville et, en quelques jours, les trois plus gros caïds du territoire sont exécutés.  Le capitaine Coste et son équipe vont devoir agir vite, car leur nouvel ennemi s’implante comme un virus dans cette ville laissée à l’abandon, qui n’attend qu’un gramme de poudre pour exploser.  Une ville où chacun a dû s’adapter pour survivre: des milices occultes surentrainées, des petits retraités dont on devrait se méfier, d’inquiétants criminels de 12 ans, des politiciens aveugles mas consentants, des braqueurs audacieux, des émeutiers que l’Etat contrôle à distance de drone.  Et pendant ce temps, doucement, brûle la ville. »

« SURTENSIONS » – Olivier Norek – éditions Michel Lafon 2016

(4° de couverture)

Cette sœur acceptera-t-elle le marché risqué qu’on lui propose pour faire évader son frère de prison?  De quoi ce père sera-t-il capable pour sauver sa famille des quatre prédateurs qui se sont installes dans sa maison?  Comment cinq criminels – un pédophile, un assassin, un ancien légionnaire serbe, un kidnappeur et un braqueur – se retrouvent-ils dans une même histoire et pourquoi Coste fonce-t-il dans ce nid de vipères, mettant en danger ceux qui comptent le plus pour lui?  Des âmes perdues, des meurtres par amour, des flics en anges déchus: la rédemption passe parfois par la vengeance . . .  »